Hackerspace AU Mans

Contribuez !

Atelier confection et nouvelles technologies 1


Écrit le Mon 30 May 2016 par JackDesBwa

Samedi 28 mai 2016, en collaboration avec la startup AniBlue, le HAUM proposait un atelier "confection et nouvelles technologies" dans ses locaux. Sur le thème "doudous et bouillottes", les bricoleurs et bricoleuses ont pu mélanger confection traditionnelle et technologie pour créer des figurines en tissus personnalisées.

Accueil

Tout commence à 10h, les participants arrivent petit à petit. Des garçons ? Oui, mais très peu nombreux et il faut les chercher parmi une assistance essentiellement féminine, un ratio inverse des séances habituelles du lieu. Le matériel est prêt pour opérer, le coin détente est accueillant pour les petites pauses de la matinée.

Les débuts sont hésitants, puis petit à petit on s'affaire sur les ordinateurs pour dessiner, sur la table à matières premières pour choisir ses étoffes, sur la découpeuse numérique ou encore sur les machines à coudre. Bientôt s'installe un brouhaha caractéristique d'un groupe occupé à la tâche et qui travaille avec joie et entrain.

Dorlotés, les participants ont trouvé rapidement réponse à toutes leurs questions et des conseils adaptés. Personne ne s'est retrouvé dépassé par les technologies employées et chacun a pu avancer son projet personnalisé sereinement.

Pour les plus curieux, une visite guidée du HAUM et surtout de ses projets a été réalisée. Un écran diffusait aussi des photographies de nos activités.

Un atelier équipé

Un tel atelier requiert beaucoup de matériel.

Informatique

Avec l'aide de l'association LinuxMaine, nous avions mis à disposition trois ordinateurs pour réaliser les dessins à découper avec des outils Libres.

Avec le logiciel Inkscape sous Linux, et parfois un peu d'aide pour appréhender l'outil, les participants qui le désiraient ont pu dessiner leurs créations. Deux tablettes graphiques sont venues compléter le dispositif et une infrastructure réseau complétant celle habituelle du local a apporté un confort sur le transfert des fichiers via un partage réseau.

Ces outils n'ont pas été boudés, car plusieurs créations originales sont sorties de ces postes, notamment une note de musique et un oiseau dessinés à la tablette ainsi qu'un B géant et un animal chimérique entre le ragondin et le hérisson. Il faut ajouter à cela le modèle de Totoro réalisé avec ces machines lors de la préparation qui a eu un succès fou.

Découpeuse

Pour concrétiser les dessins dans le monde physique, la découpeuse numérique du HAUM a été employée. Son utilisation n'est pas immédiate : il a fallu réaliser de nombreux essais avant l'atelier pour réussir à découper les morceaux de coton.

Les résultats ne sont pas encore parfaits et surtout très variables selon les tissus utilisés. Il faut se rappeler que lors des premiers essais, aucune étoffe n'était découpée : il reste du chemin à parcourir, mais nous avons déjà des résultats dont nous pouvons être fiers.

La machine a été un outil pratique et apprécié lors de l'atelier.

Tifenn, préposée à la découpeuse, n'a pas eu beaucoup de temps de repos. Son expertise a été apprécie et ses expications ont été suivies avec attention.

Imprimante

Il y avait beaucoup de personnes et une seule machine de découpe. Pour réduire la demande sur cette dernière, nous avons imprimé quelques modèles simples dont la découpe a pu être réalisée avec des ciseaux.

Évidemment, c'est bien moins pratique, mais cela a permis de désengorger l'autre poste de découpe.

Machines à coudre

Comme la découpe, la couture peut être faite à la main, mais c'est plus facile avec une machine.

Cinq modèles de machines à coudre étaient à disposition pour assembler les tissus découpés. De plus, deux couturières de métier étaient présentes pour prodiguer les conseils adaptés et aider à reprendre les erreurs éventuelles.

Matériel de couture

Le petit matériel de couture est bien pratique, ne serait-ce que les épingles pour maintenir les tissus. Plus encore, lorsqu'il s'agit de réaliser les finitions, un peu de couture manuelle fait l'affaire : ajout des yeux, de décorations, fermeture des peluches...

Bourrage et blé

Pour terminer les créations, un peu de volume ne fait pas de mal. Pour cela, un bourrage à destination des doudous ou un remplissage avec des graines de blé pour réaliser des bouillottes est fort utile.

Pourquoi des céréales ? Une fois chauffées (quelques secondes au micro-ondes par exemple) elles gardent la chaleur et la restitue progressivement. Idéal pour se réchauffer rapidement en la plaçant sous un vêtement ou dans son lit l'hiver prochain.

Grand écran

Un grand écran diffusait un diaporama des activités du HAUM et retransmettait les tweets en direct avec notamment les photos de l'atelier en cours.

En pratique

Choix du modèle

Une étape préliminaire consiste à choisir le modèle qui sera cousu. Il y avait là deux grandes tendances selon les participants : choisir un modèle préexistant ou réaliser son propre dessin.

Lors de la préparation, Manuella avait sélectionné quelques modèles déjà édités pour le logiciel de la découpeuse et Florent en avait dessiné un depuis zéro. D'autres dessins ont été réalisés sur place par les participants et convertis pour être découpés.

Choix de l'étoffe

Bien sûr, il fallait aussi choisir le tissu dans lequel allait être découpé le modèle. Un large choix de motifs et de couleurs était proposé. Une fois choisi, il fallait le préparer pour la machine, en découpant un carré de 30x30cm grâce à un gabari.

Découpe

Là encore, deux méthodes employées : la découpeuse numérique pour la plupart ou les ciseaux lorsque la découpeuse était trop utilisée.

À vrai dire, certains tissus donnaient du fil à retordre à la découpeuse, si bien que le cutter ou les ciseaux étaient bien pratiques aussi pour compléter les quelques points où la machine avait eu de la difficulté.

Il ne fallait pas oublier de découper deux tissus en miroir pour faire l'avant et l'arrière du doudou ou de la bouillotte.

Couture

Une fois les deux tissus découpés selon la forme voulue, il faut les assembler. Pour cela rien de mieux que la couture, intérieure ou apparente selon les modèles. Les machines à coudre ont tourné à plein régime.

Certaines personnes découvraient l'outil, d'autres étaient manifestement plus habituées. En tout cas, tout le monde était ravi du résultat et des conseils des couturières.

Remplissage

Surtout ne pas coudre tout le pourtour : il faut laisser une petite ouverture pour réaliser le remplissage.

Selon l'objet voulu, la matière de remplissage n'est pas la même. Du bourrage conviendra parfaitement aux doudous, tandis que des graines de blé siéront aux bouillottes. Un peu de couture manuelle ferme la création.

Finitions

Enfin il est possible de terminer la figurine selon son humeur : yeux collés ou cousus, moustaches, queue. Tout est bon pour les égailler.

Pour finir

La matinée s'est très bien passée. Les sourires et les discussions allant bon train témoignent d'un bon moment partagé pour tous.

Pour le HAUM, il s'agit d'une nouvelle activité qui entre dans l'esprit du lieu. Même si la préparation a demandé beaucoup de travail, la satisfaction est au rendez-vous. Espérons que l'activité ait pu donner envie à quelques-uns de venir porter un projet original autour de la couture dans le hackerspace.

Accès à l'album photos